Dire que la transformation digitale représente un virage stratégique pour le secteur banque/finance/assurance est un doux euphémisme. Réglementation, disruption du marché, hyperconnectivité des clients sont autant d’enjeux qui bousculent actuellement ces organisations. Quelle peut être la contribution de la DSI pour relever ces défis et jouer un rôle capital dans l’innovation ?

Le basculement des banques/finances/assurances vers un futur digital modifie l’exercice de tous les métiers du secteur, du front office au back office. Il s’agit, pour ces entreprises, d’un chantier de grande envergure dont l’objectif consiste à aller bien au-delà des attentes de leurs clients.

« La réalité actuelle de notre secteur oblige les DSI à avoir à la fois les pieds sur terre et la tête dans les nuages », explique Alain Guede-Redon, DSI de Groupe Saretec, société d’expertise en assurance qui accompagne assureurs, entreprises, courtiers, collectivités, et particuliers dans la gestion de leurs risques. « Les assureurs sont en prise directe avec les assurés. Cela leur amène la connaissance terrain mais aussi le challenge d’accompagner la transformation des usages qui ira demain vers une relation client « autonome » et dématérialisée en « selfcare ». Mais cette transformation n’est pas encore aboutie ce qui oblige à gérer le « multicanal ».  Chez Saretec notre transformation digitale est déjà faite depuis 2 ans, car nous avons dans toute l’entreprise une culture de mouvement permanent qui nous a permis d’anticiper de nombreux sujets et avec le numérique repenser les process, améliorer la performance ainsi que le service rendu aux assurés. Mais le deuxième niveau de la transformation digitale est plus complexe car il touche à la création de nouvelles sources de revenu. Si demain nous pouvions modéliser notre expertise (juridique, technique, financière) nous pourrions vendre des calculs automatiques basés sur notre connaissance, vendre une transaction basée sur une API. Le vrai défi de la transformation numérique est donc de réussir à rendre la connaissance transactionnable. Enfin il est important de rappeler que cette transformation Digitale implique toute l’entreprise et que la coopération de toutes les directions est un préalable. »

 

Un secteur soumis à de nombreuses contraintes

Leur transformation est d’autant plus complexe que ces entreprises sont confrontées à de nombreux défis : durcissement de la réglementation (Bâle II, Bale III, Solvancy II…), arrivée sur le marché de pure-players internet proposant une disponibilité 24/7, une réactivité à toute épreuve et des tarifs agressifs ou encore, révolution numérique induisant de nouveaux modes comportementaux (banque en ligne, mobilité, objets connectés, réseaux sociaux, big data, relation client). Enfin, le numérique amène dans son sillage autant de nouveaux risques (comme le cyber risques et la multiplication des « devices » désormais pris en compte par les assureurs) que de nouvelles opportunités, comme la technologie Blockchain (l’architecture décentralisée sous-jacente du Bitcoin, monnaie cryptographique et système de paiement peer to peer) qui disrupte tout le marché de la finance.

« Dans le secteur Banque-Assurance, les systèmes « Mainframe » ou « Gros Systèmes » constituent le cœur du SI. Il est donc indispensable de maintenir en conditions opérationnelles un patrimoine complexe et hétérogène tout en intégrant des solutions innovantes compatibles, interopérables et sécurisées », précise Nasser Benkhemis, Responsable Technologie et SI du Crédit Agricole d’Ile de France. « Pour gagner en agilité nous avons développé une informatique bi-modale, avec d’une part CA Technologie et Services, le GIE informatique au service des 39 caisses régionales du Crédit Agricole, garant de l’informatique communautaire, et d’autre part des informatiques privatives propres aux caisses capables de livrer des applis internes avec des cycles de développement courts. Les axes de notre transformation digitale : la transformation physique des agences qui supprime les barrières entre clients et collaborateurs, avec comme credo « 100% digital, 100% humain », et la mobilité qui se concrétise par la numérisation des documents accompagné de la signature électronique, et « MA BANQUE » une application bancaire autour de laquelle se crée tout un écosystème. » 

 

La DSI, au cœur des processus de transformation

Autant d’enjeux qui induisent une transformation des organisations, des infrastructures et des SI pour, notamment, proposer une transparence tarifaire, mettre en œuvre une approche client multi-canal, gagner en réactivité, dématérialiser les processus, proposer de nouveaux services digitaux…

Dans ce contexte, les DSI du secteur ont plus que jamais un rôle important à jouer. Il leur revient notamment de promouvoir au sein de leur organisation le développement de nouvelles applications mobiles et on-line, et plus largement de savoir identifier les bons partenaires technologiques et business pour développer l’innovation, en co-construction.

« Nous travaillons avec les startups de la Fintech – comme Linxo, l’agrégateur de comptes bancaires – au travers de notre incubateur « le Village by CA », précise Nasser Benkhemis. Dans le cadre d’« Ambition Stratégique 2020 », le plan à moyen terme du groupe Crédit-Agricole, nous prévoyons d’investir 200 millions d’Euros dans des startups et la Fintech ».

Le défi de l’agilité

Comment rapprocher le Dev de l’exploitation pour ainsi gagner en agilité ? La banque/assurance 4.0 fait notamment appel aux méthodes DevOps.

« Chez Caagis nous tendons vers les méthodes DevOps, » explique M. Christophe Richaud, responsable des opérations à la DSI de Crédit Agricole Assurances (Caagis). « Nous avons mis fin au cloisonnement entre Etudes, Développement et Applicatif et créé une cellule transverse appelée LIC (Livraison et intégration continue). LIC concerne aussi bien l’architecture, que les réseaux, l’exploitation et la communication et utilise les ressources disponibles dans l’entreprise. L’objectif de LIC est de pouvoir faire de la livraison continue en production, en fonction des demandes métier. On ne veut plus entendre parler de calendrier ! Nous voulons aussi pouvoir faire des applications « jetables ». C’est-à-dire que les applications passées par LIC gardent une dette industrielle mais nous ne mettrons à jour cette dette que si le « business » nous donne le go pour avancer. »

 

Le Graal de la Data

Enfin, les DSI de la Banque / Finance / Assurance ont aussi un capital à exploiter : les informations contenues dans l’historique des données clients accumulées au fil des années, afin de les mettre au service de l’innovation. Une démarche qui nécessite notamment de consolider l’architecture IT tout en s’assurant que les données qui seront utilisées sont fiables, cohérentes et sécurisées. L’occasion de rappeler aussi que quel que soit le secteur d’activité protéger la data et garantir la sécurité et la résilience des services de l’entreprise est un défi qui doit impliquer toute l’entreprise, de la DSI jusqu’au CODIR.

« Nous travaillons désormais à l’APIsation du SI, explique Nasser Benkhemis, Responsable Technologie et SI du Crédit Agricole d’Ile de France, pour permettre l’interaction plus simple entre le legacy et les utilisateurs finaux. La construction d’applis mobiles et web en sera facilité. Nous n’aurons plus à nous soucier de la source des données, mais nous devrons pouvoir garantir que la connexion au SI se fait de façon sécurisée, souple et rapide. Ce travail de reconception de notre approche SI autour de la data se fait en collaboration et co-construction avec des startups pour intégrer des savoir-faire tels que le machine learning, l’intelligence artificielle et les approches prédictives. Les dimensions sécurité et éthique de la gestion des données de nos clients sont aussi très importantes, nous avons donc adressé un message clair à nos clients avec la création d’une charte éthique sur l’utilisation des données, et en interne par un focus sur la sécurité qui renforce notre rôle de tiers de confiance. »

 

 Envie de commenter cet article ou de nous proposer votre propre témoignage ? Inscrivez-vous sur Atout DSI !

 

FavoriteLoadingAjouter à mes favoris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.