Avant de monter un Cloud privé au sein de sa DSI, voici 6 questions pragmatiques à se poser.

1- Pourquoi devrais-je choisir du cloud privé plus qu’un cloud public ?

La liste des différences techniques et d’usage entre le cloud privé et le cloud public est longue et complexe. Hormi si vos applications métiers possèdent des exigences techniques auxquels un cloud public ne peut répondre, il y a une manière plus simple de faire son choix. En effet le cloud privé sera parfait pour les DSI qui voudront tirer parti de l’agilité et la productivité offert par le cloud, tout en gardant le confort d’avoir ses propres infrastructures. Autrement dit de ne pas partager son Cloud avec une autre société.

 

2- Où installer ses infrastructures de Cloud privé ?

Si vous décidez de posséder votre propre infrastructures de Cloud privé, deux choix s’offrent à vous : sur site pour avoir un véritable cloud privé dans vos locaux, où les faire héberger ailleurs et avoir un cloud privé hebergé. Les deux solutions sont envisageables et le choix se fera sur vos besoins et désirs. Souhaitez-vous garder le contrôle sur tous les aspects de votre plateforme Cloud ? Ou souhaitez-vous confier la gestion, la conception et la maintenance à une société tierce ?

 

3- Y a-t-il un problème à utiliser des technologies Cloud Open source ?

Les solutions open source peuvent être très utiles pour des petites entreprises, ou des DSI avec des budgets restreints qui ne pourraient pas s’offrir une plateforme logicielle complète pour gérer leur Cloud privé. Les inconvénients de ces solutions Open source demeurent dans le fait qu’il n’y a pas de SAV et qu’il faut s’assurer de la pérennité de la communauté et du réseau d’utilisateurs veillant à l’amélioration constante de code. Autrement dit ces solutions peuvent être une bonne alternative de départ avant de migrer vers une solution plus complète avec le temps.

 

4- Que dois-je budgétiser pour mon Cloud privé ?

Pour pouvoir créer le budget Cloud privé de votre DSI, il faudra avoir fait votre choix entre cloud privé sur site ou cloud privé hebergé ? Donc la sempiternelle question, CAPEX ou OPEX !

Avec un cloud privé sur site il faudra budgétiser l’espace occupé dans le Datacenter, les dépenses énergétiques, le hardware, les logiciels, et les ressources humaines. Il faudra aussi prévoir un plan de montée en charge de votre plateforme cloud pour le futur, en partant des périodes de forte utilisation de votre entreprise.
Avec un Cloud privé hébergé, les dépenses tomberont alors dans la catégorie dépenses d’exploitation (OPEX), où vous payerez le stockage, la puissance de calcul, la bande passante, selon vos besoins. Il faudra également tenir compte des périodes de forte utilisation.

 

5- Puis-je mélanger Cloud privé et Cloud public ?

Non seulement vous pouvez, mais vous allez certainement le faire ! En effet le Cloud hybride représente pour beaucoup de DSI le meilleur des 2 mondes. Les données sensibles de votre entreprise sur votre Cloud privé pourront rester proches de vous, ainsi que les applications spécifiques qui ne rentrent pas dans les capacités du Cloud public. Avantage non négligeable, le lien entre ce Cloud privé et ce Cloud public pourra être fait, permettant ainsi d’absorber des périodes de forte utilisation, le développement d’application ou de recette, ou encore gérer votre reprise d’activité en cas d’incident.

 

6- Comment justifier les coûts du Cloud privé ?

La DSI est de plus en plus perçue comme un centre de profit au sein de l’entreprise (enfin !) et les modèles IT as a Service sont très souvent encouragés. Ce mode de fonctionnement engendrera des changements dans le fonctionnement de la facturation interne. En effet la DSI pourra rétro-facturer les services Cloud rendus à certains départements, par exemple si le Marketing a besoin de créer des camaganes de génération de leads. Il faudra simplement bien s’assurer de la répartition des charges soit équitable au niveau de la prestation de services. L’objectif étant de récupérer les coûts et non de se générer du bénéfice au détriment des autres départements !

 

Avec ces questions vous êtes maintenant à même de pouvoir pousser votre réflexion sur la migration vers un Cloud privé, bonne chance !

 

 

FavoriteLoadingAjouter à mes favoris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.