Gestion des personnalités, gestion des conflits, accomplissement des objectifs : être manager n’est pas de tout repos, et le DSI n’échappe pas à la règle. Bien appréhender les collaborateurs difficiles est nécessaire pour la crédibilité du manager, mais aussi pour le bien être et l’efficacité de la DSI.

Dans son livre « Comment gérer les personnalités difficiles » François Lelord nous apprend que 10% de la population pourrait être diagnostiquée comme personnalité difficile. On peut donc partir du postulat que vous devez bien avoir un ou deux collaborateurs qui vous donnent du fil à retordre ! Voici 5 conseils pratiques sur l’approche à adopter :

1. L’écoute

Peu importe le profil du collaborateur difficile et le problème qu’il représente, l’écoute sera votre première arme. Poser des questions ouvertes sur les difficultés rencontrées et offrir une oreille attentive est le moyen le plus simple de découvrir qu’elle est le problème de fond de ce collaborateur. Il réagit peut être à un conflit interne ou à des méthodes de management qu’ils ne lui conviennent pas, et vous lui offrez ainsi un moyen de les régler facilement.

2. Stigmatiser le problème professionnel, pas la personne

« Il n’y a rien de mal à aimer ou à ne pas aimer quelqu’un, mais vous devez travailler avec eux sans en tenir compte » nous dit Mercedes Hoss Weiss coach chez BMY en Allemagne. L’affirmation résonne comme une évidence, mais au moment d’aborder le problème avec votre collaborateur, veillez à axer votre argumentation sur les problèmes liés au métier et au non-accomplissement de sa mission, et non aux problèmes que peut représenter sa personnalité.

3. Une approche sur mesure de vos collaborateurs

Il n’existe pas une liste précise des typologies de collaborateurs difficiles que vous allez pouvoir rencontrer durant votre carrière. Mais voici les plus célèbres et un moyen simple de les aborder :
- Le négatif qui freine tous les projets è Donnez-lui les rênes d’un projet spécifique pour qu’il fasse mieux !
- L’anxieux è Accordez-lui régulièrement des entretiens individuels, donnez-lui des limites de temps pour réaliser les tâches et servez-vous de lui comme un radar de détection de problèmes !
- L’irascible è Il est souvent en mal de reconnaissance, confiez lui une équipe ou un projet, sollicitez-le, utilisez son énergie à bon escient !
- Le retardataire è Instaurer une charte de bonne conduite pour l’équipe et ainsi pénaliser indirectement les retardataires en confiant des tâches ingrates au dernier arrivé !

4. Feedback

Offrir un feedback régulier à ses collaborateurs, peu importe le profil du collaborateur difficile est primordial. Le suivi régulier et la valorisation des efforts fournis vous permettront de garder la main sur votre équipe au long terme.

5. Couper la corde si besoin

Si la situation devient incontrôlable et commence à détériorer l’ambiance et l’efficacité de l’équipe, se séparer d’un collaborateur difficile peut être la solution. La rupture conventionnelle permet de garder une ambiance moins délétère au sein de votre DSI, dans le meilleur des cas, sinon il faut pouvoir envisager un licenciement. Mais avant d’en arriver là, une confrontation accompagnée d’une discussion à  « cœur ouvert» vous permettra de lever certains blocages, qu’ils soient humains ou professionnels

Et vous, avez-vous rencontré des collaborateurs difficiles ? Et comment les avez-vous gérés ?

FavoriteLoadingAjouter à mes favoris

Une réponse

  1. 5 conseils pratiques pour manager des collabora...

    […] Gestion des personnalités, gestion des conflits, accomplissement des objectifs : être manager n’est pas de tout repos, et le DSI n’échappe pas à la règle. Bien appréhender les collaborateurs difficiles est nécessaire pour la crédibilité du manager, mais aussi pour le bien être et l’efficacité de la DSI.  […]

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.