Stéphane Cordier DSI - Atout DSI - Actualités DSIDans un précédent article nous avions étudié l’impact des fusions & acquisitions (FUSAC) sur le système d’information de l’entreprise, comme opportunité de transformation. Un DSI nous a proposé de compléter cette analyse par un regard plus poussé sur les enjeux stratégiques, qui concernent aussi le DSI ! Voici donc un avis d’expert signé de Stéphane Cordier, DSI spécialiste des missions de FUSAC, particulièrement dans le secteur Financier/Assurance.

 

FUSAC : entre complémentarité et complexité

Avant de se jeter dans des projets de consolidation, d’harmonisation, de refonte … de SI lors de rapprochements ou de fusions, il faut en premier lieu comprendre les enjeux stratégiques de l’entreprise. A ce titre, je pense que le DSI doit être un acteur de la stratégie de l’entreprise comme tous les membres dirigeants avant même d’être le DSI, à minima sur son périmètre.

Quoi qu’il en soit, dans le cadre de rapprochements, une entreprise répond, généralement, à deux besoins essentiels, de complémentarité ou/et de complexité. Une complémentarité pour augmenter sa part de marché en diffusant des produits complémentaires par exemple. De complexité en simplifiant un maillon de sa chaine de production en rachetant un fournisseur par exemple.

Ces 2 variables sont essentielles et peuvent bien évidemment donner lieu à d’autres cas de figure comme des spin-off si la complémentarité des activités diminue et que la complexité entre les deux augmente.

 

Quelle stratégie d’organisation pour le DSI ?

Tout cela doit être pris en compte par le DSI dans sa propre stratégie d’organisation et de Systèmes d’Information. Ce qui est à mon sens primordial est d’une part d’assurer en priorité le bon fonctionnement des différents SI et d’autre part la continuité des équipes avant de lancer un quelconque chantier technique ou de simplification budgétaire.

Le cadre dans lequel se déroule le rapprochement dépend grandement des hypothèses citées précédemment, les actions du DSI doivent s’aligner à cette stratégie que cela soit dans le niveau d’intégration, de fusion ou de durée. L’important pour le DSI est à mon sens de bien s’inscrire dans cette analyse, l’exécution de son plan d’action n’en sera que plus approprié.

 

Les impacts collatéraux bénéfiques pour la DSI

S’il en découle une stratégie ou les deux SI doivent rester séparés, certaines actions peuvent tout de même être opérées, notamment sur la revue des fournisseurs pour faire valoir le poids du nouveau groupe et faire baisser le cas échéant les coûts.

D’un point de vue RH, vous pouvez en profiter pour favoriser la mobilité de certaines équipes. Si par exemple vous êtes dans un contexte où vous abandonner certaines technologies au profit d’une autre et que l’autre entreprise en a besoin. Vous venez de décommissionner un Si basé sur de l’AS400, Cobol… Vous externaliser une partie de l’activité de votre Production…

S’il en découle une stratégie d’intégration forte, prenez d’abord le temps de bien analyser les deux ensembles et de définir un schéma directeur « flash ». Quels sont les activités (métiers) pérennes ? Quelle est la stratégie cible en termes de recours à la sous-traitance ? Quels sont les pans de votre organisation cible qui doivent disparaitre ? Quels sont les centres de coûts les plus important ? Les métiers sont-ils satisfaits de leurs SI ? Quel est votre nouveau budget informatique, la somme des deux ?

Profitez-en pour repenser votre modèle. Où en êtes-vous sur le big-data, les solutions cloud, l’ouverture de votre SI à vos fournisseurs, vos clients, la mobilité, le développement de solutions numériques…

En agissant au plus tôt dans la stratégie de l’entreprise, le DSI aura ainsi un rôle clé et plus de facilité pour orienter et piloter la fusion.

 
 

Envie de commenter cet article ou de nous proposer votre propre témoignage ? Inscrivez-vous sur Atout DSI !

FavoriteLoadingAjouter à mes favoris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.