« Notre SI est en souffrance ! Il est obsolète, monolithique, pointé du doigt dans chaque réunion ! Nous en avons perdu la maîtrise ! Chaque changement demande une débauche d’énergie considérable pour un résultat discutable ! »

Si cette situation vous est familière c’est que vous avez vraisemblablement accumulé un niveau de dette technique tel qu’il en est devenu immunisé à tout plan de redressement et que votre SI est devenu un frein à la mise en œuvre de la stratégie de l’entreprise.

Peu importe les raisons de la situation (changements rapides et successifs d’organisation, Quick & Dirty mal assumé, …), tout le monde est d’accord pour dire qu’il faut changer les choses.  Mais, effrayée de faire tomber le mikado qui tient malgré tout, la volonté d’entreprise nécessaire pour traiter ce sujet tentaculaire à bras le corps attend toujours Godot.

 

La bombe est sur le bureau du DSI

Dans ce contexte, parce qu’in fine la bombe est posée à la DSI, c’est à elle que revient la responsabilité de prendre l’initiative de proposer un plan pour désamorcer la situation. La grande difficulté va être d’embarquer l’entreprise dans ce renflouement, car même si la DSI propose, c’est bien toute l’entreprise qui sera impliquée – et pas juste concernée. Ce plan, dont l’enjeu premier n’est pas technique ou technologique, est forcément ambitieux et transversal et ne peut être traité que sous la forme d’un plan global porté par l’innovation.

Oui l’innovation.

Car si la dette technique est importante, elle laisse la place à des réformes tout aussi profondes qui doivent permettre d’innover et de repenser de nouveaux modes de fonctionnements qui viendront réduire le montant de cette dette.

Ces innovations tournent généralement autour des thèmes fédérateurs suivants :

 

Retirer le boulet pour redevenir efficace par tous les moyens

… et arrêter le gaspillage. Travailler avec de la dette technique, c’est payer les intérêts de travailler avec un boulet au pied.

Tout est plus complexe. Les budgets de MCO (Maintien en condition opérationnelle) plombent la DSI et donc toute l’entreprise. Tout prend plus de temps… Et, cumulée au fil des ans, la perte d’efficacité est phénoménale pour toute l’entrepriseLa DSI doit donc redevenir efficace. Comment ? Il faut arrêter de boucher les trous à droite et à gauche avec des rustines. Il faut investir massivement, urgemment et de manière systémique sur le SI même si cela impose des sacrifices que l’entreprise n’a pas l’habitude de faire. Pour éviter de se noyer avec le boulet, il faut parfois amputer.

 

Donner du sens au travail des collaborateurs

Pour un collaborateur, il est peu motivant et peu valorisant de travailler avec le boulet. Cela peut être acceptable sur du court-moyen terme mais le sens du sacrifice n’est pas extensible et les collaborateurs vont s’essouffler dans un cercle vicieux. Il faut profiter de l’opportunité de réduire la dette pour casser ce cercle et introduire des technologies attrayantes pour vos collaborateurs, l’entreprise et ses clients. L’image du produit sur lequel travaillent les équipes est le reflet de leur propre image. Valorisez-là et offrez-leur ce nouveau souffle !

 

Transformer la dette technique en dette client

Si la DSI est à la manœuvre, elle n’est pas le seul débiteur. C’est l’affaire de toute l’entreprise et à fortiori des métiers qui s’appuient sur le SI endetté, de participer à la réduction de la dette.

Lors de ces discussions, deux questions émergement fréquemment : Comment simplifier le SI ? (Qu’est-ce qui est vraiment utilisé, est utile et sera utilisé demain) et surtout comment mieux travailler ensemble au service du client ?

Cette dernière question est cruciale car l’emboitement IT-Métier est fondamentale pour une réduction durable de la dette. Pour ce faire, c’est au service du client qu’il faut « redevenir efficace » et « investir » : les métiers et l’IT doivent apporter une réponse commune et concertée, sinon ils vont regénérer de l’inefficacité – donc de la dette – dans un contexte cloisonné.

La clef : transformer la dette technique en dette client et cela passe forcément par un rapprochement des équipes IT et Métiers.

A noter que l’engagement de cette réflexion sur les modes de fonctionnement démontrera le courage de la DSI au bénéfice de son image sur le long terme. L’enjeu étant de ranger l’uniforme de pompier pour (re)mettre celui d’architecte, d’artisan et d’industriel. Bref, celui qui met en avant sa création de valeur pour l’entreprise.

 

Remboursez ! 

Au final, « qui paie ses dettes s’enrichit » et ce remboursement de la dette a au moins 3 vertus : 1-la performance de l’entreprise elle-même, 2-le renforcement de la relation DSI-métier, et 3-l’énergie « positive » engagée dans ce projet de réflexion.

Alors, remboursez dès maintenant votre dette technique et rentrez dans l’innovation !!

 

Envie de commenter cet avis d’expert ou de nous proposer votre propre témoignage/avis d’expert ? Inscrivez-vous sur Atout DSI !

FavoriteLoadingAjouter à mes favoris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.