DSI de l’Etat depuis septembre 2015, Henri Verdier a hérité à ce titre d’un service aux compétences et aux ambitions élargies, la DINSIC . A ce poste, il entend infuser la culture du numérique et de l’agilité au cœur du fonctionnement de l’Etat. « DSI communiquant », c’est avec plaisir qu’Henri Verdier a accepté de répondre aux questions des membres de la communauté Atout DSI, relatives aux grands projets qu’il conduit pour mener à bien la transformation numérique de l’organisation et des services de l’Etat. Un défi auquel peuvent s’identifier ses pairs DSI, moteurs de la transformation numérique au sein d’entreprises plus ou moins résistantes au changement ! 

bandeau-article-henri-verdier-def-01

Nous consacrons ce premier article à plusieurs questions de DSI portant sur le projet FranceConnect, le système d’identification et d’authentification de l’État reconnu à terme par tous les services publics en ligne, initié dans le cadre du plan de modernisation de l’Etat. Un second article sera consacré à d’autres grands projets portés par la DINSIC.

Question de Frédéric DAUDIN, DSI Région Centre-Val de Loire:

 «Quel est le calendrier 2016 du déploiement de FranceConnect sur les services publics numériques de l’Etat ? »

 

 

Frederic-daudin

 

En début d’année les tests de montée en charge, de sécurité et de déploiement se sont tous bien passés. FranceConnect est en production et ouvert à tous depuis mars dernier. Aujourd’hui, une vingtaine de fournisseurs de services de l’état l’intègrent déjà, comme service-public.fr, Télépoints (le service de vérification des points de permis de conduire), les départements du 05 et du 06, plusieurs portails de de collectivités locales, Nîmes Notamment.

Cette année est désormais celle de la généralisation à grande échelle de FranceConnect sur les différents services de l’état. Par ailleurs, avec l’arrivée d’Améli.fr comme fournisseur d’identité, qui vient donc s’ajouter aux identités du service impots.gouv.fr, FranceConnect référencera d’emblée plus d’une vingtaine de millions d’identités numériques.

Parallèlement, nous travaillons au développement des usages, qui se feront, entre autres, via la conception de nouvelles interfaces ou portails intégrant FranceConnect. Enfin, la dernière étape consistera à faire de FranceConnect un outil d’interopérabilité entre les différents portails des services publics de manière à offrir aux utilisateurs un parcours sans interruption de service.

 

Question de Jérôme Perricone, DSI Mairie de Cassis 

 « FranceConnect vient fédérer tous les services de l’état, c’est une très bonne idée mais pourquoi son déploiement notamment dans le domaine des collectivités nécessite-t-il autant de temps ? »

 

 

Jérôme-Perricone-Mairie-de-Cassis

 

Le premier coup de pioche de FranceConnect a été donné en septembre 2014. Dix-huit mois plus tard, nous sommes déjà en phase de généralisation : ce n’est pas si long que ça et même plutôt rapide pour un projet d’une telle envergure. D’autant qu’il a fallu préalablement s’accorder avec la CNIL ou s’interfacer avec les fournisseurs d’identités. Ce projet n’est pas un simple SSO. Il va aussi nous permettre d’organiser la circulation des données personnelles des Français en recueillant systématiquement leur consentement. Il est donc normal que nous ayons pris le temps de mener toutes ces démarches pour en assurer la sécurité et en garantir la confidentialité.

 

Question de la communauté Atout DSI

 

«Est-il prévu d’ouvrir FranceConnect aux entreprises du privé ? »

 

Aujourd’hui, seules les entreprises qui sont des délégataire d’un service public ou délivrent des prestations rendues obligatoires par des dispositions législatives ou réglementaires peuvent utiliser FranceConnect. La question se posera néanmoins de savoir si nous pouvons en faire une ressource pour l’économie française. Une ouverture de FranceConnect aux entreprises pourrait avoir de grands intérêts, fournissant ainsi une sorte de nouveau « bien commun » à l’économie sans gêner les modèles économiques qui commencent à se développer autour de l’identité puisque FranceConnect est avant tout un fédérateur d’identités et de services, restant neutre par rapport aux modèles d’affaires. Mais elle demanderait de solides études préalables sur les responsabilités des uns et des autres et un nouveau  travail avec la CNIL. Et en tout état de cause, une telle décision est du ressort du politique.

 

La suite de cette interview d’Henri Verdier par la communauté Atout DSI, dans ce second article consacré à la stratégie de « startup d’Etat ».

FavoriteLoadingAjouter à mes favoris

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.