Filiale des groupes PSA et RZD, GEFCO est l’un des leaders mondiaux en logistique automobile et une référence en logistique industrielle. Pour ses clients, GEFCO garantit la sécurité et la continuité de leur supply chain à l’échelle internationale et conçoit des schémas de transports multimodaux. Le groupe opère 44 filiales sur 5 continents et compte 12 000 collaborateurs. Mme Beray Legouverneur est depuis 2013 à la tête de cette DSI mondiale (DSI de 155 personnes au siège, 65 dans les pays et 120 personnes externalisées). Elle partage avec la communauté Atout DSI sa démarche faite d’agilité, d’efficacité et d’adaptation aux besoins clients. A la clé « une réduction des coûts IT de 30% en 3 ans, en améliorant la qualité opérationnelle ».

 

Quel rôle joue la DSI dans la démarche client de GEFCO ?

Il faut tout d’abord comprendre que le métier de GEFCO va au-delà du transport classique d’un produit d’un point A à un point B. Nous travaillons avec nos clients sur le long terme pour optimiser leur supply chain, les routes, les chargements, les livraisons. Nous allons parfois jusqu’à la gestion du stock de nos clients.

Chaque signature de nouveau client implique que la DSI réalise une intégration avec le système d’information de ce client. Nous assurons l’échange d’information en temps réel, en nous basant sur une architecture EDI/EAI (Electronic Data Interchange/Enterprise Application Integration). Pour cette mission nous avons une équipe appelée « Customer Task Force », constituée de nos meilleurs chefs de projet. Ils ont tous une double compétence métier et IT qui leur permet de trouver les meilleures solutions pour nos clients puis de réaliser l’intégration avec le SI client. Ces experts sont rares. Je les identifie donc au sein des équipes IT et métiers, dans tous les pays, selon les projets qu’ils ont menés et qui ont montrés leur compréhension des enjeux business.

Depuis 2 ans nous proposons aussi de la formation à l’usage de notre catalogue de solutions informatiques dans la relation client. Ce catalogue est pensé « métier » pour les clients, afin de mettre en avant ce que nous pouvons réaliser pour eux.

Nous avons standardisé notre méthode d’intégration des projets clients. Il nous faut comprendre le besoin du client, évaluer comment nous pouvons supporter ce besoin avec nos solutions standards, et déterminer à quel moment impliquer l’équipe des Etudes et Applications ; évaluer les besoins du projet en termes de développement, d’outils, d’architecture, si les besoins de clients ne peuvent pas être satisfaits par nos solutions standards. Cette intégration des projets clients peuvent prendre quelques jours ou quelques semaines, et inclut des temps de tests et de coordination avec les clients. Certains projets plus complexes pourront prendre 6 à 9 mois s’ils nécessitent des développements spécifiques, de nouvelles interfaces. Il est donc important pour nous de bien estimer la charge et son coût en amont !

 

Quelle est votre approche du développement logiciel ?

Nous avons une informatique très externalisée et virtualisée à plus de 90%. Tout ce que nous pouvons externaliser, tout en le faisant de manière contrôlée, nous l’externalisons. Cette externalisation concerne l’informatique opérationnelle, les postes de travail, le réseau, l’infrastructure, mais aussi le développement logiciel.

Selon la technologie, et la taille du projet, notre approche du développement logiciel peut varier de AGILE, classique, RAD mais toujours en respectant DEVOPS.

L’intégration de ces projets clients nécessitent de nombreuses évolutions de nos systèmes d’information. C’est pour cela que nous utilisons notre chaine de mise en production automatique quand cela est possible. Nous réalisons beaucoup de nos mises en production pendant la pause déjeuner. De la même manière, l’automatisation de nos tests de non-régression nous facilitent la vie et garantissent le niveau de qualité opérationnelle.

Pour notre dernière application mobile, GEFCO Drive, le cahier des charges est établi en amont avec le métier, les opérationnels et les gestionnaires. Après un développement rapide pour test utilisateurs, un test pilote est mené dans un pays où notre équipe IT a suivi des chauffeurs pour voir leurs usages, mesurer l’expérience, vérifier l’intuitivité des applications afin d’ajuster l’application avant son déploiement global.

Cette application fournit les informations en temps réel qui sont publiées sur le portail pour les clients, ainsi que les fournisseurs. Les mêmes informations sont exploitées par les opérateurs. De plus, nos applications, parfois utilisées par les chauffeurs des transporteurs, doivent être à la fois faciles d’utilisation et tolérantes aux fautes, pour ne pas bloquer les chauffeurs en cas de coupures réseaux, par exemple dans des zones mal couvertes par 3G/4G.

La vie de l’application ne s’arrête pas au déploiement. Nous mesurons les taux de déploiement et utilisation, et sur des applications plus matures nous avons des KPIs particuliers sur le volume de données échangées, le canal utilisé pour la prise de commande… Et le développement continue pour améliorer les fonctionnalités.

 

Comment mesurez-vous l’efficacité des projets de la DSI ?

Nous avons réduit les coûts IT de 30% en 3 ans en améliorant la qualité opérationnelle. La mesure de cette qualité opérationnelle est cruciale pour la DSI mais pas suffisante.

Nos produits mis en production à la suite d’un projet supportent directement les opérations de nos métiers. Ils se doivent d’être disponibles presque en 24/7 avec une bonne performance et ainsi garantir la productivité attendue.

Les KPIs sur la performance, la disponibilité et la stabilité (les incidents majeurs) ainsi que le taux d’utilisation d’applications sur les fonctionnalités clés sont importants à suivre. Un produit qui est stable, disponible et sans incident n’est pas particulièrement un bon exemple d’un projet efficace, si l’utilisation de produit est jugée insuffisante. Ces KPIs de l’utilisation peuvent changer dans l’année pour mieux cibler les faiblesses et les améliorer.

A côté, comme tous les DSI nous mesurons la qualité de nos projets par leurs capacités à livrer à temps, en budget avec le scope défini.

 

Quels sont vos projets prioritaires en 2017 ?

Compléter le projet d’intégration de notre dernière acquisition pour permettre au business de capitaliser sur un seul produit opérationnel (TMS) mondialement et lancer la transformation de la suite des applications pour notre plus grand métier sont nos projets prioritaires en 2017.

Afin d’accélérer notre digitalisation, nous allons également travailler sur nos infrastructures :

  • Systématiser notre approche du cloud hybride : le choix des applications qui resteront en cloud privé et de celles qui passeront en cloud public sera basé sur des arguments d’agilité, de coût et de valeur ajoutée business.
  • Poursuivre la transformation de notre réseau hybride pour répondre aux besoins croissants de bande passante nécessaire à l’évolution de l’usage des données d’entreprise.
  • Déployer l’usage des outils collaboratifs, apportés par notre choix d’Office 365 fin 2014, de manière pragmatique et orientée usage et « User eXperience ».
  • Privilégier la mise en place de solutions standards disponibles sur le marché.

 

Envie de commenter cet article ou de nous proposer votre propre témoignage ? Inscrivez-vous sur Atout DSI !

FavoriteLoadingAjouter à mes favoris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.