Aujourd’hui, la DSI est l’allié des métiers et doit de contribuer le plus efficacement possible et au moindre coût à la stratégie de l’entreprise. Afin d’optimiser les ressources de votre DSI et d’initier la transformation au sein de votre entreprise, le catalogue de services se révèle être un allié précieux.

L’optimisation de la DSI passe par l’optimisation de ses ressources.

Par le passé, un projet  IT était souvent initié à partir d’une sollicitation d’équipes métiers  confrontées à une problématique donnée. L’équipe informatique s’attelait ensuite à construire une solution sur la base des besoins exprimés.
La DSI fonctionnait alors en mode réactif  avec pour conséquences des impacts négatifs en termes de réactivité par rapport au business, de gestion des priorités, d’hétérogénéité des solutions (1 projet = 1 solution) et de gestion des coûts.

Petit à petit l’idée de standardiser l’iT, en particulier son socle infrastructure, est apparue. L’informatique apparaissait de plus en plus comme une commodité indispensable mais qui devait répondre avec réactivité aux besoins des métiers.

Parallèlement,  la DSI se débat avec des technologies sans cesse plus complexes et difficiles à maîtriser qui rendent  la  chaîne : besoin/projet/mise en production, plus difficile à mettre en œuvre à coûts contraints.

Afin d’optimiser ses performances, la DSI doit se transformer, et cela passe par:

  • Une consolidation: construction ou utilisation de grands Datacenter
  • Eco-responsabilité: free-cooling, choix des matériels, optimisation ressources
  • Standardisation: du datacenter, des accès réseaux, des ressources
  • Industrialisation: dans la mise en place d’une application.
  • Simplification: réduction du nombre d’infrastructure, de produits, de versions
  • Automatisation: des process de provisionning
  • Généralisation de la haute disponibilité
  • Masterisation: Création de modèle et instanciation de ces modèles à tous les niveaux

En quoi,  le catalogue de Service apporte une solution nouvelle ?

Ce n’est pas un catalogue à la Prévert de tout ce que peut proposer la DSI et surtout pas un catalogue de « vis et boulons ».

C’est avant tout l’expression de la déclinaison IT de la stratégie de l’entreprise, qui permettra de répondre de façon plus proactive aux besoins des métiers en standardisant l’offre de services de la DSI.

Au lieu de fonctionner en mode réactif vis-à-vis d’un projet,  le catalogue de services permet de déccoréler  la construction de l’environnement informatique de sa consommation par les métiers.

 

Quand on a soif, on ouvre le robinet, on ne creuse plus un puit.

Le catalogue de services doit être :

  • Destiné à un client ciblé (Build, MOE)
  • Un catalogue de produits et de services fini et standardisé
  • Un engagement vis-à-vis de ses clients sous forme de SLA et coûts
  • Un contrat d’interface qui définit ce qui est visible du client
  • La définition ce qui entre dans la cible et ce qui est en dehors
  • Un document qui s’interface avec le catalogue de services techniques
  • Un document « table de la loi » vitrine de la DSI
  • Publié à destination des clients (internes ou externes)
  • Supporté par le management
  • Dont le cycle de vie est connu et périodique (possibilité d’anticiper)

 

La création d’un catalogue de services constitue certes un effort non négligeable mais les bénéfices en sont rapidement palplables : depuis l’amélioration de la qualité de services jusqu’à la réduction du « Time to Market », en passant par une réduction des coûts sensibles.

FavoriteLoadingAjouter à mes favoris

Une réponse

  1. Michel Ziegler

    Le catalogue sert aussi à définir clairement les règles entre la DSI et ses clients : ce qu’elle fait, dans quelles conditions (SLA, coûts…), et ce qu’elle ne fait pas. Il permet donc d’objectiver l’évaluation de la performance, d’éviter les polémiques sur la qualité des services. Enfin, il sert pour l’élaboration budgétaire et les arbitrages entre les coûts et les SLA, par exemple.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.