De nombreux chefs de projet IT freinent des quatre fers face aux transitions agiles, craignant d’y laisser leur statut et parfois même leur poste. Qu’en est-il réellement ?

Transition agile et guerre de religions

Les méthodes Agiles déclenchent le plus souvent des prises de position tranchées voire passionnées dans les DSI.

Il est très difficile de faire la part des choses entre la peur légitime de quitter des process perfectibles mais qui ont le mérite d’être rodés, les échos d’une Direction des Systèmes d’Information ayant souffert sur une transition vers une organisation annoncée comme Agile.

C’est souvent du chef de projet IT qu’on attend les bonnes pratiques d’organisation au quotidien, une impulsion de changement. Le problème étant que, sur le papier, il n’existe pas en tant que tel dans un projet aux méthodes Agiles.
Demander à un chef de projet IT de s’intéresser à l’Agile reviendrait-il à lui demander d’écrire sa lettre de licenciement ? Pas du tout, mais gare aux incompréhensions.

Voici quelques pistes pour comprendre comment le rôle du chef de projet IT peut évoluer, avec le sourire, dans le cadre d’une transition Agile, au sein de la DSI.

 

Un projet sans chef de projet IT ?

 Effectivement, il n’y pas de chef de projet IT en Agile en particulier dans la méthode SCRUM, qui est pourtant la plus répandue.

On y trouve un Product Owner, équivalent d’une maitrise d’ouvrage, aussi proche de l’utilisateur final que possible et chargé de formuler son besoin sous forme de morceaux de parcours utilisateurs et de le prioriser en termes de valeur ajoutée relative.

Du côté de la réalisation on trouve une équipe de développeurs, graphistes, intégrateurs, testeurs, dont l’un porte à temps partiel la casquette de Scrum Master. Ce rôle consiste à être le garant de la méthode, c’est-à-dire à  pousser l’équipe à se remettre en question sur le plan de l’organisation. On attend de lui de pointer les problèmes d’organisation, mais également de participer à leurs résolutions.

Le scrum master n’est garant ni de la qualité du projet, ni de la productivité (vélocité de l’équipe en Agile). En un mot, le scrum master n’est pas un chef de projet IT.

 

L’équipe, la clé du succès ?

La tentation est pourtant forte de maquiller une transition Agile en collant quelques post-it sur les murs et en se contentant de changer le nom de ce chef de projet IT.

Chef… Master… Ca doit quand même se ressembler, non ? Et bien non, ça ne se ressemble pas.

Les méthodes Agiles tirent une grande partie de leur force de l’engagement entre pairs. C’est l’équipe qui fait face au Product Owner pour comprendre et challenger le besoin et sa priorisation. C’est l’équipe qui estime la difficulté des morceaux de parcours utilisateurs (user stories) qui sont attendus. C’est l’équipe qui s’engage chaque semaine sur un périmètre pour l’itération à venir, puis qui se répartit les tâches selon les affinités et envies de chacun. C’est encore l’équipe qui se serre les coudes pour suivre et tenir cet engagement en fin de semaine.

La vigilance de planification, de suivi ou de productivité attendue du chef de projet IT passera donc sur les épaules de chacun.

FavoriteLoadingAjouter à mes favoris

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.