Après des décennies de latence, la technologie LiFi a ses 10 dernières années fait un grand bond en avant. Au-delà des avancées notables autour de cette technologie, ses usages et bénéfices commencent également à trouver échos dans certaines entreprises privées et publiques. Etat des lieux.

 

Retour aux origines du LiFi

Le LiFi ou Li-Fi, acronyme de Light Fidelity, permet de transmettre optiquement des données sans fil via des ampoules intégrant des LED. En soit, le recours à la lumière pour communiquer des données n’est par un phénomène nouveau. En 1880, Alexander Graham Bell présentait son Photophone  (illustration ci-dessus) qui à l’époque permettait déjà de transmettre le son de sa voix en utilisant la lumière du soleil ! Sans même le savoir, il inventait le premier système de transmission de données utilisant la lumière….

Certes, le photophone fut très vite dépassé par les technologies utilisant les ondes radio, comme c’est d’ailleurs le cas pour le WiFi. Néanmoins, le développement de l’éclairage LED depuis une dizaine d’années a permis les plus grandes avancées du LiFi…

 

Le développement du LED, la botte secrète du LiFi

Remis au goût du jour en 2005 par les chercheurs de l’Université de Kieo à Tokyo, le LiFi ne cesse depuis de susciter l’intérêt des universités comme celles d’Oxford, de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines ou encore d’Edimbourg, mais aussi des entreprises.

En Europe et aux Etats-Unis, les grands noms de l’électronique comme Philips, Siemens et General Electrics planchent sur le sujet. Au Japon, un consortium réunissant les chercheurs de l’université Keio et les sociétés Panasonic, Toshiba et Casio a été créé. Les français ne sont pas en reste. La start-up Oledcomm, créée en 2012, a déjà déposé plusieurs brevets et dévoilé un smartphone solaire fonctionnant via LiFi ou des ampoules LED transformées en GPS.

Lucibel, société spécialisée dans l’éclairage LED, est la première à avoir testé le Li-Fi en condition réelle. Sa solution fonctionne grâce à un luminaire raccordé au réseau filaire Ethernet et qui fait office de point d’accès et de routeur. Le terminal récepteur (PC ou tablette) doit pour sa part être équipé d’une clé USB LiFi. Sogeprom, une filiale de la Société Générale a ainsi servi cobaye à la société et installé en 2016 un prototype luminaire LiFi dans ses bureaux de la Défense. Aujourd’hui, d’autres entreprises du privé et notamment Microsoft France et Nexity ont également adopté cette solution. A ce jour, la technologie est réservée aux entreprises en raison de son coût : 2300 € par point d’accès, soit trois fois plus cher que du WiFi et un éclairage LED classique. Un prix qui, selon Lucibel, devrait néanmoins diminuer et s’aligner sur celui du WiFi dès 2018.

 

Les avantages du LiFi

- Rapide : le débit du LiFi est plus de trente fois supérieur à celui du WiFi.

- Economique : le LiFi n’a pas besoin d’équipement spécifique pour diffuser de l’information, une installation électrique suffit. Par ailleurs si les ampoules LED sont plus chères à l’achat, elles sont en revanche peu énergivores. Un point à nuancer cependant car actuellement les premiers dispositifs professionnels proposés coûtent plus de 2000 €. Il faudra attendre quelques mois encore et sa démocratisation pour le coût du LiFi diminue.

- Sécurisant : les ondes lumineuses ne traversant pas les murs, les risques de piratage sont beaucoup plus limités.

- Ecologique : Affranchi des connexions au réseau, le LiFi allège le bilan énergétique des transmissions de données qui ne cesse par ailleurs de s’alourdir.

- Universel : le LiFi permet de connecter à Internet des lieux qui en étaient jusqu’alors privés, par craintes des interférences (comme les hôpitaux ou les avions), par manque de réseau (parking souterrains, métros…) ou pour des raisons sanitaires (écoles, crèches…).

 

Gage de l’innocuité du Li-Fi, l’hôpital de Perpignan est le premier établissement de santé à en avoir équipé son service d’Urgences.

 

- Géocontextualisable : à l’instar du WiFi, le LiFi permet de télécharger des données fichiers, vidéos… avec un atout de plus dans sa manche : la géocontextualisation. En d’autres termes, il permet de cibler les informations sur une zone beaucoup plus précise. Par exemple, dans les gares, les passagers sont informés en fonction de l’endroit où ils se trouvent. La SNCF teste ainsi depuis 2012 des applications LiFi comme la balise GPS pour aider les malvoyants. Autre exemple dans les supermarchés des publicités ciblent le rayon où se trouvent le client. Une expérimentation en la matière est ainsi testée par Carrefour dans ses hypermarchés depuis 2015.

 

Les banques, centrales nucléaires, centres de recherche et développement, hôpitaux, crèches, écoles, aéroports, hôtels ou encore espaces de travail font ainsi partie des lieux susceptibles de bénéficier des avantages qu’offre le LiFi par rapport à son concurrent le WiFi, notamment en termes de sécurité des données et d’émissions d’ondes électromagnétiques.

 

Une technologie prometteuse donc… D’ailleurs, le cabinet d’études américain Markets and Markets, évalue le chiffre d’affaire du LiFi à 6.1 milliards de dollars en 2018.

 

Pour en savoir plus : rendez-vous les 8 et 9 février 2018 au premier Global LiFi Congress, à Paris, Palais Brongniart. www.lificongress.com.

 

FavoriteLoadingAjouter à mes favoris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.