Dans le contexte de transformation numérique actuel, le nombre des projets digitaux confiés à la DSI explose. Mais comment prioriser ces projets, répondre aux inquiétudes qu’ils peuvent génèrer et trouver des conseils opérationnels, sont le cœur de la problématique des DSI aujourd’hui. Laurent Singer, ancien DSI du Groupe Galeries Lafayette, nous offre ici son regard pragmatique.

 

Comment choisir et prioriser les projets à mener ?

Au sein d’une DSI toujours plus positionnée du côté de la création de valeur, les projets digitaux à encourager se tourneront naturellement vers les métiers et le client final :

  • Services clients : Les initiatives créant ou améliorant des services pour les clients raviront vos collègues du métier.Il en sera de même pour les projets de fidélisation, de personnalisation de l’offre et des mécaniques promotionnels ou d’enrichissement de l’expérience/parcours client sur l’ensemble des canaux.
  • Mobilité, réseaux sociaux : Le développement d’applications mobiles, la gamification, la géolocalisation, le social CRM, les « rich notifications », la gestion dématérialisée de la fidélité, le commerce collaboratif, les outils de configuration ou encore la digitalisation des points de vente.
  • Organisation interne : Il s’agira d’embarquer l’intégralité des effectifs de l’entreprise dans cette transformation : formations (MooC/CooC), tablettes et smartphones aux collaborateurs, digitalisation des processus clés, appstore interne pour distribuer les applications mobiles de l’entreprise, réseau social d’entreprise, « open space » avec les managers au centre, équipes projets « agiles », recrutements nouvelles générations.

 

La nouveauté inquiète et ces projets ne dérogent pas à la règle

Ces projets de transformation, souvent piloté par la DSI main dans la main avec les métiers, suscitent, à tort ou à raison, des inquiétudes. Voici quelques problématiques que vous allez pouvoir rencontrer, il ne restera plus qu’à les déminer !

  • Le développement de nouvelles compétences et de nouveaux métiers sont nécessaires, entrainant une transformation de l’organisation et des efforts de formation de vos équipes.
  • La perte de contrôle du management face aux « jeunes générations digitales », le décloisonnement des directions métiers à travers le Shadow IT.
  • La gestion et l’exploitation des « Big Data » (architectures, compétences, métiers).
  • Les questions de Sécurité du SI (intrusion, protection des données personnelles et clients, cryptage des échanges, dépendance ou défaillance d’un partenaire).
  • La Gouvernance de la DSI et évolutivité globale du système d’information face à la multiplication des partenaires, des applications et la virtualisation des systèmes d’information.

 

Et les systemes d’information, la DSI ?

Gérer le SI l’existant, réduire les coûts IT, garantir l’intégrité des SI, manager les équipes, mais également participer voire piloter cette transformation digitale, la tâche du DSI n’a jamais été aussi vitale. Voici quelques conseils de DSI sur le sujet :

  • Communiquez avec les équipes métiers marketing et digitales en priorité, partagez les besoins et préoccupations, constituez des équipes mixtes, recevez ensemble des partenaires externes, inspirez-vous des modèles start’ups, écrivez ensemble la roadmap de la transformation digitale, lancez des pilotes « quick win ».
  • Sauf urgence opérationnelle, décalez les projets « lourds » (ERP…) au profit de projets rapides à forte valeur ajoutée pour les clients. Priorisez si nécessaire les applications à destination des mobiles clients « mobile first ».
  • Définissez une vraie stratégie « cloud » en lien avec vos partenaires métiers. Lancez des prototypes Paas/Saas/IaaS sur des applications ou infrastructures simples.
  • Initiez les premières expérimentations « big data » en mode « cloud » avant de tenter une internalisation de ces technologies.
  • Identifiez et réalisez des « quick wins » avec les métiers, testez et adoptez sur certains projets digitaux « front office » les méthodologies agiles (Scrum, Devops..) sans oublier parfois la méthode « BGBS » (bon gros bon sens !), développez le « test & learn ».
  • Transformez votre propre organisation, dédiez des équipes et des moyens importants au « digital », confiez le pilotage à vos meilleurs managers, réallouez des ressources sur les projets digitaux (par exemple en externalisant le « legacy » ou la maintenance).
  • Si les architectures applicatives ou techniques sont jugées peu évolutives, plutôt qu’une longue et couteuse transformation, implémentez en parallèle les couches middleware pour généraliser l’approche « service », alimenter les data SAS et développer ou connecter ainsi vos nouvelles applications digitales « front office ».

 

Mettre le client final au centre de ses actions et de son organisation c’est l’objectif de la transformation numérique. Et vous comment avez-vous réussi à passer ce cap ?

 

Retrouver l’intervention de Laurent Singer dans son intégralité ici.

FavoriteLoadingAjouter à mes favoris

3 Responses

  1. Le petit guide du projet digital de la DSI | La...

    […] Dans le contexte de transformation numérique actuel, le nombre des projets digitaux confiés à la DSI explose. Mais comment prioriser ces projets, répondre aux inquiétudes qu’ils peuvent génèrer et trouver des conseils opérationnels, sont le cœur de la problématique des DSI aujourd’hui. Laurent Singer, ancien DSI du Groupe Galeries Lafayette, nous offre ici son regard pragmatique.  […]

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.