Bientôt encadré par la directive européenne révisée sur les moyens de paiement (DSP2 – PSD2), le marché du paiement devrait s’ouvrir à de nouveaux acteurs. Alors, risque ou opportunité pour les DSI ?

Tirant les enseignements de la directive 2007/64/CE concernant les services de paiement (DSP 1), la directive (UE) 2015/2366 du 25 novembre 2015 (DSP 2) adapte le cadre réglementaire des services de paiement aux défis posés par l’apparition de services innovants, par la croissance rapide des paiements électroniques et par le rythme soutenu de l’innovation technique.

Attendue en France en 2017, au plus tard en 2018, DSP 2, qui s’inscrit dans la droite lignée du SEPA (Single Euro Payment Area) permettra en effet à n’importe quelle société, sous réserve de disposer d’un agrément de « payment service provider », de traiter un paiement sans être dépendante d’une banque. Elles pourront alors initier un paiement directement à partir du compte bancaire du client, en s’appuyant sur des technologies telles que les wallets, le m-payment, le NFC ou encore l’instant payment. Une ouverture dans laquelle s’engouffrent actuellement, outre les banques, les Fintechs, GAFA ou autres opérateurs téléphoniques.

 

Le paiement mobile trouve son public

D’autant que certaines des nouvelles technologies de paiement sont de plus en plus plébiscitées par les consommateurs… Ainsi, selon l’observatoire du NFC & du Sans Contact, 46.5 millions de paiement sans contact ont été effectués en mai 2016, un chiffre en croissance de 186% par rapport à la même période en 2015. Les retailers, e-commerçants ou autres sociétés proposant de la vente en ligne étudient donc actuellement de près ces nouveaux moyens de paiement, qui sont ou seront bientôt à leur disposition.

Retrouvez à ce sujet le témoignage du DSI de l’enseigne spécialisée RougeGorge Lingerie qui teste actuellement à la mise en place d’un système d’encaissement mobile dans ses magasins.

 

DSI : saisissez les opportunités en limitant les risques ! 

Face au foisonnement de l’offre, les entreprises sont néanmoins dans l’expectative… Alors que le choix d’un outil de paiement est déterminant notamment pour fidéliser ses clients externes mais aussi faciliter le quotidien de ses clients internes (notamment dans le cadre de leurs déplacements professionnels), le montant des investissements, les impacts sur les systèmes d’informations et les cyber risques incitent les entreprises, et en particulier leur DSI, à la prudence.

D’autant que le secteur des paiements est encore appelé à évoluer dans les années qui viennent. Pour rester dans la course, notamment face à la concurrence, les entreprises devront prendre en compte cette évolution dans leur relation avec les clients, en particulier la génération Y qui a pleinement adopté la mobilité. Les DSI ont donc tout intérêt à adopter des solutions de gestion évolutives, capables d’intégrer les innovations –  présentes et à venir -  en termes de paiement.

Pour aller plus loin, retrouvez notre dossier « Banque, Finance, Assurance 4.0 » avec les témoignages de DSI travaillant en collaboration avec l’écosystème des startups.

 

Envie de commenter cet article ou de nous proposer votre propre témoignage ? Inscrivez-vous sur Atout DSI !

FavoriteLoadingAjouter à mes favoris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.