Suite de notre dossier Retail 4.0. L’univers de la lingerie féminine n’échappe pas à la transformation numérique. Pour preuve, les projets menés par RougeGorge Lingerie, concepteur et distributeur de produits de lingerie féminine.

Florent Plonquet Nous avons échangé avec Florent Plonquet, DSI de RougeGorge Lingerie, pour comprendre comment son équipe participe à l’agilité de son entreprise. Une démarche qui nécessite d’avoir une vision prospective du métier de la conception et de la distribution de lingerie, mais aussi de promouvoir la collaboration entre l’IT et les métiers pour porter au mieux les différents projets de l’entreprise.

Quels sont les principaux enjeux liés à votre activité ?

RougeGorge Lingerie est un acteur majeur de la lingerie en France, avec un réseau de plus de 200 magasins (succursales et affiliés) en France et en Belgique. En plus du fort développement actuel de la marque, nous souhaitons proposer à notre cliente une offre toujours plus large en termes de produits. Cet enjeu répond à une attente forte de la cliente qui souhaite une offre toujours plus actuelle et plus variée. Or cette démarche suppose d’optimiser un certain nombre de process sur l’ensemble de notre supply chain mais aussi dans nos magasins.

Concrètement, comment procédez-vous pour atteindre ces objectifs ?

Dans la mesure où l’offre va s’étoffer, le nombre de commandes et donc de fournisseurs va fortement augmenter. Afin de piloter au mieux cet aspect, nous avons mis en place il y a un an une solution de tracking de commandes (Winddle) qui permet à chacun de nos fournisseurs de mettre à jour en temps réel l’état d’avancement de toutes nos commandes. Liée à notre ERP, la solution nous permet donc de centraliser toutes les informations échangées sur le suivi des flux import, depuis la mise au point des produits à leur réception en entrepôt, d’intégrer les partenaires externes (qualiticiens, fournisseurs, transitaires) à la plateforme pour optimiser les échanges et la maîtrise des délais et, enfin, de planifier les différents workflows en fonction des contextes d’import. Grâce à cette solution, nous disposons également de reportings structurés sur la performance des fournisseurs et la tenue des échéances. Désormais, nous pouvons choisir nos fournisseurs en fonction des délais qu’ils nous proposent et sur lesquels nous imposons d’ailleurs des garanties. En bout de chaîne, nous sommes assurés du bon réassort de nos magasins.

 

Des magasins également concernés par vos projets de transformation numérique ?

En effet, l’élargissement de l’offre a aussi un impact sur nos magasins car certains d’entre eux ont une surface qui ne leur permettra pas d’accueillir l’intégralité de cette offre. Nous implémentons donc des tablettes pour nos vendeuses pour qu’elles puissent proposer des produits qui ne seraient pas physiquement présents dans la surface de vente. Cela nous permet en quelque sorte de pousser les murs virtuellement.

Nous avons d’autres chantiers en cours : encaissement mobile, e-learning, dématérialisation des factures ou encore RFID. Par exemple, nous avons actuellement en test dans 15 de nos magasins le terminal de vente mobile ISMP d’Ingenico, qui permet notamment de réaliser des encaissements dès la sortie de cabine des clientes. Nous menons également déjà des réflexions sur de futurs projets comme le Wifi Guest, la géolocalisation indoor, ou encore la captation du trafic en magasin.

 

Comment impliquez-vous les métiers dans vos projets ?

Nous veillons à rester à l’écoute des besoins des utilisateurs. C’est la raison pour laquelle le choix des outils se fait systématiquement en concertation avec les métiers. Par exemple, pour les projets concernant les magasins, nous nous appuyons sur des responsables de secteur, chargés de nous faire remonter les demandes des magasins ou en travaillant directement avec les magasins. Pour le choix et la mise en place du projet Winddle nous avons créé un comité de pilotage intégrant un chef de projet IT et un responsable Supply Chain. Ils pilotent donc à deux l’ensemble du projet et sont les garants de sa réussite. Ce mode de fonctionnement s’applique à tous nos projets.

 

L’hébergement de vos solutions dans le Cloud fait également partie de cette stratégie ?

Nous n’avons pas de problématiques liées à la sensibilité ou à la localisation de nos données. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons faire le choix d’externaliser une bonne partie de nos solutions dans le Cloud. Une stratégie qui nous permet de nous concentrer sur notre cœur de métier.

 

Vous êtes DSI et souhaitez apporter un commentaire à cet article ou votre propre témoignage ? Inscrivez-vous sur ATOUT DSI pour pouvoir commenter ou Contactez-nous !

FavoriteLoadingAjouter à mes favoris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.