La transformation IT, tout le monde en parle, car elle fait désormais partie des vecteurs importants de croissance. C’est un sujet brûlant, tant pour les entreprises que pour l’écosystème des prestataires qui sont concernés, tout ou partie, par ces problématiques. C’est une tendance que le DSI se doit d’anticiper, au risque de la subir : il y sera confronté tôt ou tard et la différence se fera sur la façon de l’appréhender afin d’en tirer les meilleurs bénéfices pour l’entreprise.

Tous les secteurs d’activités font face à d’importantes transformations, aussi bien technologiques que dans les usages et les impacts sur le business ne sont plus à démontrer : big data, Cloud, BYOD…

Or, il n’est pas toujours facile de s’y atteler et nous l’avons déjà dit, au-delà de faire fonctionner l’IT de son entreprise, le rôle de la DSI est de continuer à créer de la valeur en intégrant ces paramètres.
Plus que jamais, comment l’IT peut-elle participer davantage à la performance de l’entreprise ?

L’Etat de NY consacre même un site Internet à sa Transformation IT  

Mais au fait la transformation IT,  qu’est-ce que c’est ?

A ce stade et avec les nombreux messages qu’envoient les analystes, la presse spécialisée et autres parties prenantes, il peut être utile de préciser le périmètre de ce que la transformation IT englobe réellement : car changer pour changer n’est pas une fin en soi et, bien qu’offrant des ROI largement favorables, ces projets sont longs, coûteux et nécessitent au préalable de poser les bonnes questions.

Pour commencer, quel est l’objectif d’une entreprise lorsqu’elle envisage la transformation de son IT ? Il y a bien une réponse, mais elle soulève 1000 autres questions : créer de la valeur. « Oui, bien entendu, mais comment faire ?», direz-vous. Pour cela, les leviers ne manquent pas : optimiser les investissements IT, rationnaliser l’existant, mettre en place des procédures, être plus agile, plus réactif aux contraintes imposées par le marché, innover sur les technologies et les services…, le tout dans une perspective de différentiation de l’offre et de développement d’avantages concurrentiels.

Il n’y a pas véritablement de solution miracle, cependant une bonne méthodologie telle qu’elle est appliquée par les grands acteurs de la transformation IT est la meilleure des approches, en voici un aperçu :
−        Définir la proposition de valeur initiale;
−        Procéder à une analyse contextuelle;
−        En déduire les bons leviers de transformation IT;
−        Fixer des objectifs, une feuille de route et des éléments de mesure des résultats.

transformation IT 2

C’est ainsi que l’on élabore un Business Case, la pierre angulaire de la transformation IT, dont la complexité va dépendre de l’ampleur de la transformation envisagée. Sans cela, aucun projet d’envergure ne saurait être initié. On y analysera les principaux leviers de la réduction des coûts par l’optimisation contractuelle, la rationalisation et l’accès aux ressources.

Le business case a pour objet de permettre d’arbitrer entre les différents axes de la transformation IT, parmi lesquels on peut citer l’optimisation des infrastructures IT et des services qui y sont liés, mais également la conduite du changement et la gestion de l’ensemble du projet.
Au-delà de la définition du périmètre de la transformation, on y trouvera également les fondamentaux méthodologiques, comme le pilotage, les critères d’avancement et d’arbitrage  (mesurables et vérifiables), les approches budgétaires, le timing ou encore l’évaluation du risque et des stratégies de sortie.

transforation IT - atout dsi

Une bonne stratégie de transformation IT trouvera sa réussite dans son intégration à l’entreprise, la rapidité de mise en œuvre rapide et, bien sûr, son efficacité. Préparation, équipes et mise en œuvre seront les garants de son succès.

par Mathias Mercier 

FavoriteLoadingAjouter à mes favoris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.